Communiqué de Mgr Ballot - 30 mars 2020

"Demeurons ensemble enracinés
dans l’amour du Seigneur et dans l’amour fraternel"

Chers amis, chers frères et sœurs,

« Maître, dans la Loi, quel est le grand commandement ? » Jésus lui répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. Voilà le grand,le premier commandement. Et le second lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépend toute la Loi, ainsi que les Prophètes. » (Évangile de Saint-Matthieu 22, 36-40)

Ce double commandement dont dépend toutes les Écritures et qui se déploie dans la Parole de Dieu, nous le vivons de manière très forte depuis le commencement du confinement. Nous savons qu’il va durer. Les 15 jours que nous allons vivre maintenant et qui inclut la semaine sainte vont être éprouvants pour beaucoup.

  1. En communion avec nos frères et sœurs moines et moniales, nous continuerons d’assurer le « service silencieux » de la prière comme le dit le pape François. La Parole de Dieu nous porte, tout particulièrement au cours de la liturgie des heures et de l’eucharistie. Aidons ceux avec qui nous sommes en lien à la méditer ou à la découvrir ! Elle est aussi au cœur de l’oraison que nous pourrons faire ou redécouvrir. Je vous invite aussi à reprendre la très belle neuvaine au vénérable Camille Costa de Beauregard et à la renouveler tant que le confinement ne sera pas achevé.
    Nous continuerons de porter dans notre prière tous ceux que je citais dans ma première lettre aux catholiques de Savoie, tout particulièrement les soignants et ceux qui les entourent, ceux qui nous permettent de vivre confinés, et ceux qui vivent et travaillent dans les EHPAD. Notre prière s’élargira toujours à ceux qui sont oubliés, qui vivent difficilement le confinement et nos dirigeants qui ont la lourde responsabilité de prendre les décisions : Président de la République, Premier ministre et son gouvernement, Ministre des solidarités et de la santé, aux élus de proximité (maires et conseils municipaux, département), à nos députés et sénateurs qui doivent aider le gouvernement dans la gestion de cette crise.
  2. Nous restons en lien les uns avec les autres mais surtout nous continuerons d’être en lien avec ceux et celles qui sont plus éloignés de nos communautés, ceux et celles qui sont isolés, ceux et celles qui ont besoin d’être écoutés, rassurés, moralement ou psychologiquement soutenus etc…
  3. J’attire votre attention, comme le fera le père Michel Euler, vicaire général, sur la semaine sainte que nous aurons à vivre bientôt. Dans ce temps de carême qui se poursuit il nous faut nous y préparer. Attention à ce que le jeûne de déplacements, de contacts, de rassemblements qui nous est imposé par la pandémie de covid 19, ne soit pas remplacé par une boulimie numérique ! Ne multiplions pas les vidéos où nous sommes vus, surtout en ce qui concerne l’Eucharistie. Limitons aussi le temps passé à regarder des vidéos et aidons ceux et celles pour qui c’est difficile à le faire surtout les plus jeunes, tous ceux et celles qui sont tentés par cette boulimie ! Ce temps de confinement n’est pas un mauvais moment à passer, il est un temps tout à fait particulier dans lequel le Seigneur, présent au milieu de nous, continue de nous parler. Prenons le temps du silence, du recueillement, de l’oraison etc. pour mieux l’entendre ! Aidons d’autres à le faire !
  4. Quelques-uns parmi vous, très réalistes, s’inquiètent aussi des conséquence financières de la pandémie sur les paroisses privées de quêtes. Mais aussi sur le lancement du denier de l’Église qui habituellement se fait le dimanche des Rameaux. Ceci est un réel souci, mais il ne doit pas faire partie de nos soucis actuels. Par contre le carême demeure un temps de jeûne, de prière et de partage. Le jeûne pour être libéré de tous les esclavages qui nous écrasent et pour partager. Hier dimanche, cinquième dimanche de carême, la quête qui aurait eu lieu dans nos églises aurait été donnée au CCFD, comme d’habitude. A travers le CCFD, il s’agit pour nous de partager avec ceux qui sont encore plus éprouvés que nous et qui le seront peut-être encore davantage demain avec le covid 19. Nous avons aussi l’habitude d’associer, pendant le temps du carême, d’autres actions, cette année comme l’année dernière, nous souhaitons aider le petit séminaire Saint Jean de Bossangoa en Centrafrique et des étudiants d’Irak qui petit à petit reprennent des études normales. Au milieu de l’épreuve, restons encore solidaires d’eux ! Le père Michel Euler, vicaire général, vous donnera quelques indications pour que nous demeurions toujours dans l’amour du prochain au-delà des frontières et puissions continuer à faire des gestes de partage.

Chers amis, chers frères et sœurs, demeurons ensemble enracinés dans l’amour du Seigneur et dans l’amour fraternel :

« …L’amour supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout, l’amour ne passera jamais… » (Première épître de Saint-Paul aux corinthiens, chapitre 13, versets 7 et 8a).

Très fraternellement unis à vous dans la prière et l’amitié qui nous lie.

Mgr Philippe Ballot
Archevêque de Chambéry
Evêque de Maurienne et de Tarentaise

30 mars 2020, mis à jour le 31 mars 2020