Communiqué de Mgr Ballot aux médias - 29 avril 2020

Communiqué de Mgr Ballot adressé aux médias - 29 avril 2020

Le renvoi, par le Premier Ministre, de toute possibilité de célébration religieuse au-delà du 2 juin pose question. Il s’agit de refuser la possibilité de toute célébration, la messe dominicale entre autres, même avec une assemblée limitée en nombre, à partir du 11 mai et de la reporter de plusieurs semaines. Cela exclut, de fait, la liberté de culte du principe de déconfinement progressif mis en avant par le gouvernement, alors que la liberté d’aller et venir sera rétablie. Pourquoi une telle sévérité en matière liturgique et sacramentelle ? Je tiens à exprimer, personnellement, à la suite du communiqué du Conseil Permanent, mon incompréhension. Comment penser et faire croire que les fidèles qui participeront à la messe dominicale ou à une autre célébration, durant laquelle les mouvements sont limités et organisés, seraient moins respectueux des gestes barrières, des mesures de désinfection et de protection etc…que des ouvriers qui reprendront le travail chaque jour, que des élèves qui reprendront la classe, que des clients qui pourront acheter des vêtements etc. Comment ne pas reconnaître aux prêtres et aux EAP (Equipes d’Animation Paroissiale) la capacité d’être aussi prudents et responsables que le sont des chefs d’entreprise, des commerçants, des agriculteurs, des professeurs etc. Comment ne pas reconnaître à un évêque la capacité d’être aussi prudent et responsable qu’un préfet ou un maire ? Pourquoi cette différence de traitement qui s’apparente à une ségrégation injustifiée ? Ne soyons pas étonnés si la tension monte dans les familles croyantes, catholiques ou autres, et surtout du côté des jeunes adultes ! Les églises restant ouvertes, nous verrons comment aider les fidèles à s’y rendre pour prier. Nous en informerons les pouvoirs publics.

Mgr Philippe Ballot
Archevêque ce Chambéry
Evêque de Maurienne et de Tarentaise

30 avril 2020, mis à jour le 4 mai 2020