Communiqué de Mgr Ballot - 6 avril 2020

Communiqué de Mgr Ballot du 6 avril 2020

Chers amis, chers frères et sœurs,

Nous avons été privés des célébrations communautaires durant les derniers dimanches de carême, de celle des Rameaux et de la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ hier. Nous le serons encore pour les offices de la Semaine Sainte. Seuls les moines et moniales continuent à célébrer ensemble, comme d’habitude. Même s’ils appliquent les gestes barrières et les distances de sécurité, leur vie ne change pas beaucoup…. « (…) Nous avons conscience d’être des privilégiés, d’autant plus qu’au confinement nous étions assez entraînés : nous le pratiquons avec succès depuis plus de 15 siècles (…) Il faut observer que chez nous tout est taillé sur mesure… ce qui n’est pas le cas pour les autres ! », m’écrivait le père Abbé de Tamié.

« La vie monastique est une sorte de confinement habituel, mais choisi librement. Nous sommes plus facilement adaptables aux réglementations qui s’imposent. » reconnaissait un moine.

« Entre prières et travail sur place, ils appliquent à leur manière la philosophie de Blaise Pascal : ‘ Tout le malheur des hommes vient de leur incapacité à demeurer en repos dans leur chambre’. Leur expérience de « confinement » vécu comme une quête spirituelle pourrait s’avérer précieuse en ces temps de repli obligatoire », écrivait Gilles Debernardi, dans le Dauphiné Libéré du Dimanche 22 mars 2020.

Oui, ce temps de confinement nous rapproche des abbayes et monastères, même si nous ne pouvons physiquement nous y rendre. Comme si chacun retrouvait en soi-même une dimension monastique de sa vie personnelle : le silence intérieur, l’oraison, la Lectio Divina. De leur côté les moines et moniales retrouvent une dimension apostolique de leur vie : « Le monastère sans retraitants ou hôtes ressemble à la place St Pierre sans pèlerins ! » reconnaissait l’un d’eux.

De fait, ces différentes vocations ne sont pas séparées les unes des autres : elles se compénètrent les unes les autres. Dans chacune d’elle se trouve quelque chose de l’autre. C’est cela aussi qui permet la communion.

Je sais combien, pour un certain nombre de personnes ou de familles, le confinement est éprouvant, posant des problèmes de vivre ensemble, d’organisation du travail, des activités etc…surtout quand il dure. Peut-être que ce lien particulier avec les moines et les moniales, les différentes vocations se soutenant l’une l’autre, pourra les aider à vivre plus facilement cette Semaine Sainte « confinée ».

Vous trouverez, en pièce jointe, une photo très originale de l’abbaye Notre Dame de Tamié. L’abbaye est prise au clair de lune. Quelques fenêtres et vitraux éclairés rappellent que l’obscurité, quelle qu’elle soit, ne peut être totale.

Fraternellement dans le Seigneur.

Mgr Philippe Ballot,
Archevêque de Chambéry,
Évêque de Maurienne et de Tarentaise

Tamié clair de lune

6 avril 2020