Toussaint 2019

« Belle fête de la Tousaint ! »

"Chères diocésaines, chers diocésains,

La fête de la Toussaint approche, suivie du 2 novembre, jour de la commémoration des défunts. Nombreux parmi nous seront ceux qui iront fleurir les tombes de leurs proches.

Chaque année, dans l’après-midi du 1er novembre, je me rends au cimetière de Charrière-Neuve à Chambéry. De nombreuses personnes me rejoignent à l’entrée, où a lieu un temps de recueillement, au cours duquel je bénis quelques branches de buis, que chacun pourra ensuite déposer sur les tombes.

Commence alors avec quelques personnes qui m’accompagnent, la visite des tombes des prêtres et religieux. Là je rencontre d’autres personnes qui, comme moi, se recueillent devant une tombe. Facilement nous échangeons quelques mots. Nous évoquons la personne enterrée à cet endroit, nous nous présentons et échangeons sur nos vies. J’ai en mémoire un jeune couple qui avait perdu son enfant en bas âge, des enfants et petits-enfants devant la tombe de leurs parents et grands-parents, décédés depuis quelque temps déjà, ou des amis qui se rappellent la mort récente d’un copain à la suite d’une maladie ou d’un accident.

Quelquefois je propose de prier. Je vois que cela touche les personnes. 

 
C’est un moment fraternel particulier car ce jour-là ce sont les morts qui permettent aux vivants de se rencontrer très simplement et naturellement, dans un accueil réciproque très chaleureux. 
 
C’est la même expérience que je vis aussi lorsque, dans la même période, de retour dans mon pays, je fais, comme on le dit traditionnellement chez moi, le tour des cimetières où sont enterrés les membres de ma famille. Je me retrouve alors avec des personnes que je n’ai pas vues depuis longtemps, que je ne m’attendais pas à rencontrer. On se donne des nouvelles des uns et des autres.

C’est l’originalité de cette fête de la Toussaint et de cette commémoration des défunts. Je crois que c’est parce qu’elle rejoint le cœur de nos existences qu’elle est si populaire. Se souvenir est une expérience particulière en ce moment-là.

Cette fête rappelle le désir de fraternité qui demeure en chacun de nous, elle appelle aussi, discrètement, à une vraie espérance. 

 
J’ai toujours une pensée pour celles et ceux marqués par un deuil récent.

A tous, je vous assure de ma proximité fraternelle et de mon soutien dans la prière et l’Espérance, pour vous et vos proches.

Bien fraternellement, 

Mgr Philippe Ballot
Archevêque de Chambéry,
Evêque de Maurienne,
Evêque de Tarentaise

28 octobre 2019, mis à jour le 4 novembre 2019